Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC)

Accueil > Toutes les brèves

France : deux militants antinucléaires et abolitionnistes devant la 29ème Chambre du Tribunal Correctionnel de Paris

Posté le dimanche 6 novembre 2016

Leur crime ? Avoir participé, le 6 août 2016, à l’occasion du 71e anniversaire des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki et dans le cadre d’un jeûne collectif exprimant le refus des armes nucléaires, à un « die in » devant le siège parisien du parti Les Républicains, parti qui soutient le financement et la modernisation des armes nucléaires françaises. Cette action non-violente entraîna l’intervention rapide des forces de police.

Deux interpellations ont alors lieu : Sophie pour avoir écrit à la craie "Non au financement de l’arme nucléaire : 4 milliards d’euros par an à économiser !" et Rémi pour avoir collé des autocollants "Abolition des armes nucléaires" sur la vitre du local du parti. Pour ce crime, ils sont privés de liberté pendant 28 heures 30 : gardés à vue 24 heures puis présentés au procureur de la République et inculpés pour "dommages graves".

Ce procès ridicule est en fait un procès politique. Il criminalise l’action militante des partisans d’un monde sans armes nucléaires. Il s’ouvre pourtant à Paris, 4 Bd du Palais, ce lundi 7 novembre 2016 à partir de 9h.

Des actions de soutien s’organisent ainsi qu’une initiative pour un référendum sur la question : « Voulez-vous que la France négocie et ratifie avec l’ensemble des Etats concernés un traité d’interdiction et d’élimination complète des armes nucléaires, sous un contrôle mutuel et international strict et efficace ? »

http://www.acdn.net/spip/spip.php?article1034&lang=LANG

 
Mots-clés : 
 
SPIP | Espace privé | Plan du site | Mentions légales | creative common | Suivre la vie du site RSS 2.0