Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC)

Accueil > Ressources > Fukushima : 8 ans après, la catastrophe est toujours en cours

Fukushima : 8 ans après, la catastrophe est toujours en cours

mpOC | Posté le 11 mars

En ce jour anniversaire et au moment où la fronde pour nous imposer du nucléaire reprend vigueur chez nous, il est nécessaire de revenir à des faits objectivables. C’est le but des quelques lignes ci-dessous.

Le 11 mars 2011 démarrait la catastrophe de Fukushima. Démarrait ? Oui car la catastrophe est toujours en cours. Le site de Fukushima Daiichi reste un énorme chantier où les risques perdurent. Par exemple, on ne sait toujours pas quoi faire des eaux contaminées et ce n’est qu’un exemple. On pense les rejeter dans l’océan. Mise hors service depuis l’accident, la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi devrait être démantelée. Devrait ... Initialement, on a évalué la durée du démantèlement à quarante ans pour un montant de 60 milliards d’euros. Beaucoup de spécialistes pensent que cela ne suffira pas et même qu’il conviendrait de doubler ces estimations.

"A ce propos, on a appris récemment que les trois meltdowns de Fukushima Daiichi avaient produit en tout une masse de corium d’environ 880 tonnes. Quand on sait qu’il aura fallu attendre 8 ans après le début de la catastrophe pour ne déplacer que quelques grammes de cette matière, on peut imaginer que les 40 années données par Tepco pour récupérer les 880 tonnes qui se sont répandues dans les sous-sols de la centrale ne suffiront pas… Il faudra plutôt plusieurs siècles avant de régler le problème, si on peut le régler un jour."

Aux alentours la décontamination n’a pu être réalisée partout. Évidemment. Pourtant on pousse la population à y retourner. Les jeux olympiques arrivant, il faut faire croire que tout est réglé à la satisfaction de tous. Beaucoup d’habitants doutent notamment parce que l’État a relevé le niveau acceptable d’exposition aux rayonnements. Originellement de 1 millisievert (mSv) par an, il a été porté à 20 mSv/an, c’est à dire un niveau équivalent à celui autorisé pour les travailleurs des installations nucléaires. Pour les habitants cette radioactivité va durer des décennies et toucher les enfants et les fœtus. Ils ne veulent pas prendre ce risque.

Vous souhaitez en savoir plus ? Vous pouvez vous référer à ce blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.

SPIP | Espace privé | Plan du site | Mentions légales | creative common | Suivre la vie du site RSS 2.0