Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC)

Accueil > Communiqués > Qu’en est-il des « bugs » dans le vote électronique ?

Qu’en est-il des « bugs » dans le vote électronique ?

mpOC | Posté le 15 juin 2014

48h après les élections, nous n’avions toujours que des résultats électoraux partiels pour Bruxelles et pour Liège. Un bug informatique empêcherait le programme de fonctionner correctement.

Pour le Mouvement politique des objecteurs de croissance, cet événement est tout-à-fait symptômatique de ce qui se passe quand on met les élections dans les mains de la machine. Le vote papier a l’immense avantage de pouvoir être recompté et que cela se fasse sous contrôle citoyen. Le vote papier est aussi le seul à assurer le secret du vote. A l’heure qu’il est, les citoyens n’ont aucun contrôle sur leur vote électronique. Rien ne permet d’affirmer avec certitude que les résultats ne sont pas truqués, puisque seuls des experts peuvent manipuler les machines et les logiciels de vote. Nous en sommes réduits à leur faire confiance. Certes, les malversations sont possibles aussi avec le vote sur papier, mais au moins peuvent-elles être décelées après coup. Gardons-nous également de réclamer de « meilleurs » ordinateurs pour la prochaine fois, comme si la technique seule était garante de la démocratie.

C’est pourquoi le Mouvement politique des objecteurs de croissance demande
-  Le retour définitif au vote papier
-  Que le scrutin soit déclaré nul dans les bureaux concernés par des bugs pour que les électeurs puissent exprimer effectivement leur vote, sur bulletin papier cette fois, et sous contrôle citoyen.

Il y va de la crédibilité démocratique de notre pays.

Pour le mpOC, Marie-Eve Tries

Mots-clés : 
 
SPIP | Espace privé | Plan du site | Mentions légales | creative common | Suivre la vie du site RSS 2.0