Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC)

Accueil > Ressources > Le journal > Numéros précédents > L’Escargot déchaîné n° 19

L’Escargot déchaîné n° 19

mpOC | Posté le 24 avril 2014

C’est le printemps et c’est le retour de la croissance

Commençons par nous réjouir en constatant le retour agréable du printemps. La verdure réapparaît, les bourgeons s’ouvrent et les fleurs se montrent sous leurs plus belles couleurs. Même les escargots reviennent dans nos salades, qu’elles proviennent d’un GAC-GASAP, d’une AMAP ou simplement de notre potager. Nous ne pourrions en effet pas militer pour l’écologie politique sans de temps en temps nous retourner vers un de nos fondamentaux de l’écologie, à savoir la nature dans son sens premier. Profitons-en !

Profitons-en mais réfléchissons également.

La croissance économique va revenir. La presse l’indique. Anecdotiquement, nous avons lu une prise de décision de l’Union européenne concernant le calcul du PIB (produit intérieur brut) des pays européens. Voici une des aberrations du système pro-croissance qui, par cette décision, va introduire dans les chiffres de croissance du PIB, les effets de l’économie souterraine, sous-entendu, les effets de la drogue, de la prostitution et de la contrebande. De cette manière, le PIB européen va augmenter d’environ 0,5% et les ratios déficit public/PIB vont diminuer. Nous voyons allègrement que cette croissance du PIB est le contre-exemple d’une croissance bénéfique pour le citoyen.

La croissance va revenir… Bien sûr, pas de manière importante, mais par demi-pourcent par-ci, demi-pourcent par-là. Et la plupart de se réjouir. Qu’oyons-nous ? Les crises précédentes, dont plusieurs ne sont pas encore terminées, n’ont pas encore fait prendre conscience des méfaits de la croissance ? Entrevoit-on la fin de la crise écologique ? Notre empreinte écologique diminue-t-elle ou, au minimum, a-t-on des indices qui montrent qu’elle va diminuer ? Bref, les crises ne sont pas en cours de résolution.

Malgré cela, nous ne constatons que peu d’avancées au niveau politique. Nous sommes en période électorale, là où l’on peut développer des idées fortes sans encore devoir subir les compromis qu’une participation au pouvoir impose (entre parenthèses, nous ne nous prononçons pas ici sur le bien-fondé d’un scrutin proportionnel ou non). Et là, nous ne constatons rien.

Petitement, de notre côté du Mouvement politique des objecteurs de croissance, nous souhaitons remettre nos idées au milieu du débat. Pour ce faire, nous avons soutenu une lettre, envoyée au nom de citoyens, à plusieurs journalistes, qui demande de remettre au centre du débat les aspects environnementaux. (Vous pouvez la (re)lire dans ce périodique.) Notre mouvement organise également un débat entre candidats se présentant aux élections se sentant proches des idées de la décroissance. (Voir notre dossier du mois). Venez-y nombreux.

François Lapy

SPIP | Espace privé | Plan du site | Mentions légales | creative common | Suivre la vie du site RSS 2.0