Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC)

Accueil > Ressources > Le journal > Numéros précédents > L’Escargot déchaîné n°10

L’Escargot déchaîné n°10

mpOC | Posté le 20 février 2013

Edito censuré par l’article 140 bis

Le sénat a adopté ce mercredi 30 janvier 2013 le projet de loi, déposé par la ministre de la Justice Mme Turtelboom, l’article 140 bis, considérant comme « terroriste » l’auteur de « tout message public » qui « préconise directement ou non la commission d’infractions terroristes » avec le risque que celles-ci « puissent être commises » visant à déstabiliser ou détruire le système économique et/ou politique qui régit nos sociétés et, ce en dépit de l’avis du Conseil d’Etat, le 18 septembre 2012, qui indiquait que cette loi porte atteinte aux libertés constitutionnelles d’association et d’expression. Ceci est l’un des multiples projets de loi restreignant les libertés individuelles, mais aussi celui qui atteint le plus directement des mouvements comme le nôtre.

Alors les amis, j’espère que la Maison de l’Ecologie de Namur, qui nous accueille depuis nos débuts, possède une cave bien cachée. Au cas où, je pourrais toujours prêter la mienne. Dans le cadre de cette loi, le simple fait de donner des nouvelles des « patatistes » de Wetteren pourrait faire de moi une terroriste. Le simple fait d’acheter « la faucheuse » pourrait faire de chacun d’entre nous des terroristes. Ne parlons même pas du mot décroissance, qui vise une transformation radicale de nos sociétés… Un mot-obus, disait Paul Ariès… On nous a donc retrouvés en possession d’armes de destruction massive.

Je serai donc terroriste, c’est ainsi qu’on appelait les résistants durant la 2e guerre mondiale, or « Créer c’est résister, résister, c’est créer »

Marie-Eve Lapy-Tries, porte-parole

titre documents joints

 
SPIP | Espace privé | Plan du site | Mentions légales | creative common | Suivre la vie du site RSS 2.0