Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC)

Accueil > Activités > Covid 19 > Une perspective de décroissance pour « l’après » crise du coronavirus

Une perspective de décroissance pour « l’après » crise du coronavirus

mpOC | Posté le 24 mars

Texte de l’équipe de rédaction de decroissance.info traduit pour nous par A. Adriaens

Le coronavirus (Covid-19) a provoqué des bouleversements dans le monde entier, la mort des plus vulnérables, la fermeture des frontières, l’effondrement des marchés financiers, des couvre-feux et le contrôle des rassemblements de groupes... et bien d’autres effets dévastateurs.
Malgré les observations selon lesquelles la pollution et les émissions ont diminué, la réduction soudaine, imprévue et chaotique de l’activité sociale et économique due au Covid-19 n’est absolument pas une décroissance. Il s’agit plutôt d’un exemple de la raison pour laquelle la décroissance est nécessaire. Cette crise démontre le caractère non durable et la fragilité de notre mode de vie actuel. En outre, la réponse au Covid-19 a montré que la décroissance est possible, car la société et l’État ont démontré leur capacité à changer radicalement le mode de fonctionnement en réponse à une crise majeure.

Cet article examinera ces trois points plus en détail : la crise due au Covid-19 n’est pas une décroissance, comment le Covid-19 montre que la décroissance est nécessaire et pourquoi le Covid-19 montre le potentiel d’une transformation sociétale vers un avenir décroissant.

Cette crise n’est pas une décroissance

Ce n’est pas parce que le Covid-19, tout comme une récession économique, a entraîné une réduction de la production, du transport et des émissions, entre autres, qu’il est une décroissance.
Premièrement la mise en œuvre de la décroissance doit être intentionnelle et démocratique.
Deuxièmement, la décroissance exige un engagement à long terme en faveur de la réduction de la production et de la consommation ainsi que la réorganisation de la société d’une manière différente et plus juste.
Troisièmement, le Covid-19 a jusqu’à présent affecté de manière disproportionnée les plus vulnérables de la société ; non seulement les très vieux mais aussi les travailleurs qui n’ont pas la possibilité de travailler à distance et qui doivent donc faire face au compromis entre une infection risquée au travail ou rester à la maison avec des factures impayées. Aux États-Unis, le coût élevé des soins de santé et l’absence générale de couverture vont probablement favoriser la propagation du virus parmi les personnes non assurées et à faibles revenus. Au niveau mondial, certains des plus vulnérables sont des réfugiés pris au piège dans des installations inadéquates, comme l’illustre la catastrophe qui attend de se produire sur l’île grecque de Lesbos. Quelque chose nous dit que les riches ne luttent pas pour trouver du désinfectant pour les mains et du papier toilette ou meurent dans les hôpitaux faute de traitement.
En résumé, une transformation de la décroissance serait intentionnelle et proactive et aurait pour base la justice et l’égalité. Rien de tout cela n’est le cas dans la situation actuelle.

Le Covid-19 montre que la décroissance est nécessaire
La crise actuelle met en évidence la non-durabilité de notre système actuel. Si une grippe peut provoquer de tels bouleversements dans l’ensemble de notre système social et économique, nous devrions probablement envisager des moyens différents et plus efficaces d’organiser nos sociétés. Notre système politico-économique actuel est incapable de répondre à la crise d’une manière juste et humaine. Par exemple, la récente déclaration du G7 sur la crise présente "l’économie" comme une priorité égale, sinon supérieure, au bien-être social : "Nous nous emploierons à résoudre les risques sanitaires et économiques causés par la pandémie au COVID-19 et à préparer le terrain pour une forte reprise d’une croissance économique et d’une prospérité fortes et durables"
Un système politico-économique alternatif est donc nécessaire. Un système qui soit plus résistant, plus juste et qui donne explicitement la priorité au bien-être humain (et non humain) par rapport à la croissance économique. Nous allons explorer ici certaines des causes de crise due au Covid-19, les mécanismes structurels qui l’ont exacerbée, et examiner en quoi cela serait différent dans une société en décroissance.
Le Covid-19 trouve son origine dans un "marché d’animaux vivants" où plus de 100 types d’animaux sauvages et domestiques sont gardés à proximité et tués devant les clients. Comme de nombreuses pandémies avant elle, le Covid-19 est entré dans la population humaine par le biais de l’abattage et de la consommation d’animaux. Au départ, une société dans laquelle les animaux étaient traités avec plus de soin plutôt que comme des marchandises à exploiter et à consommer réduirait le risque de pandémies telles que celle du Covid-19. Dans cet ordre d’idées, certains défenseurs de la décroissance ont plaidé pour la libération des animaux. On peut affirmer avec force que c’est le système agro-alimentaire industriel capitaliste mondial en particulier qui crée le genre de conditions qui permettent l’apparition accrue de virus et leur potentiel de propagation.
L’apparition (et la propagation) d’un virus comme le Covid-19 est également fortement exacerbée par la grande densité des populations. Les villes ont augmenté en taille et en nombre depuis la révolution agraire et continuent à se développer sans contrôle jusqu’à aujourd’hui. Des villes plus grandes et plus denses sont la conséquence de l’exode rural dû au manque de possibilités d’emploi, de politiques économiques et de transport qui favorisent le centre par rapport à la périphérie, et d’une culture qui fétichise le mode de vie et les opportunités de la grande ville. Les retombées économiques qui ont suivi l’effondrement des chaînes d’approvisionnement mondiales, notamment la fermeture brutale d’usines en Chine, mettent en évidence ce que le Brookings Institute (un groupe de réflexion conservateur) décrit comme des "vulnérabilités cachées". De même, le Harvard Business Review appelle à des chaînes d’approvisionnement plus résistantes, et la politique étrangère affirme que des entreprises comme Apple ont été "aveuglées par l’offre". C’est presque comme si les experts et les consultants en affaires s’éveillaient soudainement à la folie d’un système économique où un iPhone nécessite des pièces provenant de dizaines de pays, où le cloud est sale et dévore une énorme quantité d’énergie pour répondre à vos besoins de streaming et où ces objets concentrent beaucoup de travail humain exploité. Degrowth propose de relocaliser une part importante de la production basée sur le bio-régionalisme, en raccourcissant les chaînes d’approvisionnement et en augmentant leur résistance grâce à la transparence et à la décentralisation.
Enfin, il est vrai que les sociétés humaines ont connu des épidémies mortelles bien avant l’existence du capitalisme tel que nous le connaissons aujourd’hui. Cependant, nos sociétés capitalistes mondiales, hyper-mobiles et interconnectées ont exacerbé la propagation du Covid-19 par des voyages fréquents sur de longues distances, des bateaux de croisière massifs et des vols de courte distance (par exemple de la Belgique vers l’Italie pour des vacances de ski). Le Covid-19 a mis un terme à notre hypermobilité, nous sommes obligés de rester confinés et c’est peut-être le moment de réfléchir aux raisons pour lesquelles nous nous sentons constamment obligés, dans la société contemporaine, d’être toujours en mouvement, que ce soit d’une activité à l’autre ou d’un continent à l’autre, pour des vacances de 5 jours.
Si les raisons du "ralentissement" sont différentes pour le Covid-19 (réduction de la propagation de l’infection) et pour la décroissance (par exemple, réduction des émissions mondiales dues aux transports), elles nous amènent toutes deux à une réflexion similaire : peut-être pouvons-nous nous contenter de passer beaucoup plus de temps à la maison avec notre famille et nos amis, dans nos communautés et nous déplacer plus lentement et plus consciemment.

Le Covid-19 montre que la décroissance est possible
La planification, la régulation économique, la limitation de certains comportements sociaux, les niveaux élevés de coopération communautaire et le ralentissement de la vie (bien sûr, pas pour tous, mais pour beaucoup), sont autant de réponses à la pandémie au coronavirus et démontrent la nécessité de réévaluer notre mode de vie. Des mesures similaires ont été qualifiées de "politiquement impossibles" et "irréalistes" dans le contexte de la crise climatique et d’autres crises sociales, mais elles sont aujourd’hui une réalité en Chine, dans toute l’Europe et maintenant dans le reste du monde.
Comme toute crise, la crise due au Covid-19 met en évidence le potentiel d’action transformatrice (et de changement) lorsque la société décide que la crise justifie le rejet des limites et normes précédentes. Les signes de cette évolution sont déjà là. Par exemple, des pétitions populaires en ligne en Allemagne et au Royaume-Uni demandent la mise en place d’un revenu de base universel afin de protéger les personnes menacées par les pertes d’emploi et la pauvreté dues au Covid-19.
Le changement climatique devrait causer environ 250.000 décès supplémentaires par an entre 2030 et 2050 (38.000 dus à l’exposition des personnes âgées à la chaleur, 48.000 dus à la diarrhée, 60.000 dus au paludisme et 95.000 dus à la sous-alimentation des enfants). Pourtant, la société n’a pas été aussi prompte à prendre des mesures significatives. Une réalité odieuse est que l’inaction des pays riches s’explique en partie par le fait que, comme le montre le même rapport, "la charge de morbidité due au changement climatique continuera à l’avenir à peser principalement sur les enfants des pays en développement".
Il est donc important de reconnaître que la crise climatique est exactement cela : une catastrophe en cours qui nécessite une réponse systémique urgente et drastique. La décroissance offre une voie d’avenir.

De l’analyse à l’action
Si le ralentissement actuel de l’activité économique peut avoir des analogies avec la décroissance, ce n’est manifestement pas la transformation sociétale pour laquelle nous luttons. Au contraire, la crise montre l’échec du système politico-économique actuel et ses insuffisances à traiter ces crises de manière humaine et juste. La décroissance offre une alternative plus résistante, plus juste et plus durable pour organiser la société.
Plus encourageant encore, la crise actuelle met en évidence le potentiel de transformation de la décroissance à tous les niveaux de la société. Les États planifient, réglementent mais sont contestés, les communautés créent des réseaux de soutien mutuel et les individus modifient radicalement leur mode de vie.
D’autre part, il existe clairement un précédent historique : les gouvernements de droite, populistes et néolibéraux qui exploitent des crises telles que la crise actuelle pour réaliser leurs programmes. En 2008-2009, ils ont adopté des politiques d’austérité pour la majorité et ont renfloué le secteur financier et les assurances (ils envisagent maintenant de sauver les compagnies aériennes).
Dans un prochain article, nous examinerons comment le mouvement de décroissance et d’autres mouvements sociaux et écologiques peuvent contrer cette tendance à l’exploitation des crises à des fins néfastes et nous nous pencherons sur les stratégies qui ont du sens pendant la crise due au Covid-19.

SPIP | Espace privé | Plan du site | Mentions légales | creative common | Suivre la vie du site RSS 2.0