Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC)

Accueil du site > Communiqués > Archives > Cycle « De la barbarie à l’utopie » > De la barbarie à l’utopie : Moins c’est mieux

De la barbarie à l’utopie : Moins c’est mieux

mpOC | Posté le 1er octobre 2015

«  De la barbarie à l’utopie » est un cycle de 4 documentaires-conférences autours de différentes thématiques allant de l’insoutenabilité de notre système économique, voire même de sa violence, à ce que Serge Latouche nomme l’« Utopie concrète de la décroissance ». Ce cycle est proposé par le mpOC dans le cadre de l’Année des Utopies lancée par l’UCL.

Pour notre troisième soirée, le mardi 16 Février 2016 de 19h00 à 22h00 à Louvain-la-Neuve AGORA 11, la soirée s’appuiera sur le film Moins c’est mieux avant de se clôturer par un verre de l’amitié.

Moins c’est mieux

« De plus en plus de personnes en sont convaincues : la croissance illimitée n’est pas viable à long terme dans un monde où les ressources s’épuisent peu à peu. Ce documentaire explore des modèles économiques et de nouvelles façons de vivre qui ouvrent la voie à une société post-croissance.

À la faveur de la crise, les opinions publiques prennent peu à peu conscience de ce que l’explosion démographique, la crise énergétique ou encore le changement climatique posent de sérieuses questions que nous ne pouvons plus remettre à demain. De plus en plus de personnes en sont convaincues : la croissance illimitée n’est pas viable à long terme dans un monde où les ressources s’épuisent peu à peu. Il s’avère en outre que l’augmentation du PIB dans les pays industrialisés n’a abouti à aucune amélioration notable de la qualité de vie des populations depuis les années 1970. Se pourrait-il alors que la société de consommation ne tienne pas ses promesses de bonheur et que le bien-être ne soit pas inhérent à la croissance ? Ce documentaire explore des modèles économiques et de nouvelles façons de vivre qui ouvrent la voie à une société post-croissance. La réalisatrice questionne son propre mode d’existence : à quoi doit-elle renoncer pour espérer mener une vie "durable" ? Pour répondre à cette question, elle sillonne les routes de France, d’Allemagne, d’Espagne et d’Angleterre, à la rencontre d’individus pour qui la croissance économique n’est pas la mesure de toutes choses. Elle comprend alors qu’adapter son mode de vie à son environnement n’est pas nécessairement synonyme de privation, de sacrifice et de renonciation au bien-être : dans bien des cas, un tel changement permet au contraire de gagner en qualité de vie. »

source : http://www.arte.tv/guide/fr/048214-...

Le film présente une belle vue d’ensemble entre des projets plus collectifs, une critique du système, et des alternatives au capitalisme. Il met en évidence la dimension politique à la simplicité volontaire.

Durée : 50 minutes

Date et lieu : Mardi 16 Février 2016, de 19h00 à 22h00 à Louvain-la-Neuve AGORA 11. La soirée se terminera par un verre de l’amitié

Les intervenants : Emeline De Bouver, chercheuse UCL et auteure du livre « Moins de biens, plus de liens » et Pierre Thiesset (éditeur aux éditions « Le pas de côté », journaliste au Journal la Décroissance).

Mots-clés :  - -
 
SPIP | Espace privé | Plan du site | Mentions légales | creative common | Suivre la vie du site RSS 2.0